Reblogged from

helloyoucreatives:

Yahoo is changing. 

Reblogged from HELLO YOU CREATIVES
cinemurblog:

[Critique] Pacific Rim, quand Guillermo del Toro rend hommage aux genres kaiju eiga et mecha
Après les succès de Hellboy et le Labyrinthe de Pan, Guillermo del Toro est de retour avec un blockbuster titanesque : le très attendu Pacific Rim.
Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses, les “Kaiju”, ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les “Jaegers”, contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie. Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau et une jeune femme en cours d’entraînement qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger légendaire, quoique d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Go Big or go extinct
"Big", voilà qui résume bien Pacific Rim. Alors que des monstres gigantesques surgissent de l’Océan, les hommes décident d’unir leurs forces pour construire des robots à la hauteur de leurs ennemis. Avec des petits noms dignes de la Seconde Guerre Mondiale, ces robots commandés par des pilotes avertis deviennent les armes ultimes pour tenter de venir à bout de cette invasion extra-terrestre. Mais contrairement aux apparences, Gipsy Danger, Chermo Alpha et autre Crimson Typhoon ne sont pas juste de grosses machines faites de vis et d’écrous. Loin, très loin de Transformers, Pacific Rim dote ces énormes machines d’une âme, celle de combattants déterminés. Guillermo del Toro est parvenu à ajouter une touche de sensibilité à ces gigantesques robots et invite le spectateur à vivre les affrontements comme s’il y était. Entre la 3D offrant une perspective immersive et la musique entraînante aux pointes rock de Ramin Djawadi, on ressort de la séance en ayant envie de casser du Kaiju.

Ensemble, neutralisons l’Apocalypse
Plus qu’un blockbuster, Pacific Rim est un hommage à deux genres devenus cultes : kaiju eiga et mecha. Kaiju, qui signifie “bête étrange” en japonais, désigne ces gros monstres détruisant les villes. Pas besoin d’être un féru du genre pour comprendre de quoi on parle puisque les plus connus d’entre eux ne sont autres que Godzilla et King Kong. Pour leur faire face, le réalisateur a choisi de mettre en scène les mecha, ces personnages incarnant des armures humanoïdes robotisées et suréquipées en armements. Pacific Rim mélange ainsi le style propre aux blockbusters avec deux genres venus tout droit de la culture japonaise, un duo que l’on retrouve d’ailleurs dans l’équipe américano-nippone du Gipsy Danger. Vous l’aurez compris, le film ne se cantonne pas à la culture américaine. À l’aube de l’Apocalypse, les hommes ont choisi de lutter ensemble. Place à la multi-ethnicité (certes, remplie de clichés) et au mélange des genres, le tout filmé sur les côtes de l’Océan Pacifique. 

La note de Cinémur : ★★★★☆
Entre ses effets spéciaux impressionnants et sa technique frôlant la perfection, Pacific Rim s’annonce comme LE film de l’été. Un véritable hommage aux genres kaiju eiga et mecha qui plaira autant aux amateurs de blockbusters qu’aux amoureux de la culture geek.
Et vous, vous comptez aller le voir ? Donnez votre avis sur Cinémur.
Pacific Rim - Sortie le 17 juillet 2013
Réalisé par Guillermo del Toro
Avec Idris Elba, Charlie Hunnam, Rinko Kikuchi
Distribué par Warner Bros. France
 
Par Marie-Solène Mirrione

cinemurblog:

[Critique] Pacific Rim, quand Guillermo del Toro rend hommage aux genres kaiju eiga et mecha

Après les succès de Hellboy et le Labyrinthe de Pan, Guillermo del Toro est de retour avec un blockbuster titanesque : le très attendu Pacific Rim.

Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses, les “Kaiju”, ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les “Jaegers”, contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie. Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau et une jeune femme en cours d’entraînement qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger légendaire, quoique d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Go Big or go extinct

"Big", voilà qui résume bien Pacific Rim. Alors que des monstres gigantesques surgissent de l’Océan, les hommes décident d’unir leurs forces pour construire des robots à la hauteur de leurs ennemis. Avec des petits noms dignes de la Seconde Guerre Mondiale, ces robots commandés par des pilotes avertis deviennent les armes ultimes pour tenter de venir à bout de cette invasion extra-terrestre. Mais contrairement aux apparences, Gipsy Danger, Chermo Alpha et autre Crimson Typhoon ne sont pas juste de grosses machines faites de vis et d’écrous. Loin, très loin de Transformers, Pacific Rim dote ces énormes machines d’une âme, celle de combattants déterminés. Guillermo del Toro est parvenu à ajouter une touche de sensibilité à ces gigantesques robots et invite le spectateur à vivre les affrontements comme s’il y était. Entre la 3D offrant une perspective immersive et la musique entraînante aux pointes rock de Ramin Djawadi, on ressort de la séance en ayant envie de casser du Kaiju.

Ensemble, neutralisons l’Apocalypse

Plus qu’un blockbuster, Pacific Rim est un hommage à deux genres devenus cultes : kaiju eiga et mecha. Kaiju, qui signifie “bête étrange” en japonais, désigne ces gros monstres détruisant les villes. Pas besoin d’être un féru du genre pour comprendre de quoi on parle puisque les plus connus d’entre eux ne sont autres que Godzilla et King Kong. Pour leur faire face, le réalisateur a choisi de mettre en scène les mecha, ces personnages incarnant des armures humanoïdes robotisées et suréquipées en armements. Pacific Rim mélange ainsi le style propre aux blockbusters avec deux genres venus tout droit de la culture japonaise, un duo que l’on retrouve d’ailleurs dans l’équipe américano-nippone du Gipsy Danger. Vous l’aurez compris, le film ne se cantonne pas à la culture américaine. À l’aube de l’Apocalypse, les hommes ont choisi de lutter ensemble. Place à la multi-ethnicité (certes, remplie de clichés) et au mélange des genres, le tout filmé sur les côtes de l’Océan Pacifique. 

La note de Cinémur : ★★★

Entre ses effets spéciaux impressionnants et sa technique frôlant la perfection, Pacific Rim s’annonce comme LE film de l’été. Un véritable hommage aux genres kaiju eiga et mecha qui plaira autant aux amateurs de blockbusters qu’aux amoureux de la culture geek.

Et vous, vous comptez aller le voir ? Donnez votre avis sur Cinémur.

Pacific Rim - Sortie le 17 juillet 2013

Réalisé par Guillermo del Toro

Avec Idris Elba, Charlie Hunnam, Rinko Kikuchi

Distribué par Warner Bros. France

 

Par Marie-Solène Mirrione

(Source: cinemurblog)

Reblogged from
mrchill:

Via fizzyandfuckedup

From the WALL  (#82)

julygdiaz:

Tom Kenny tells Marc Maron the origin of Spongebob’s voice.

(Source: wtfpod.com)

Reblogged from Theclassypolaroid